TÉMOIGNAGES

 

Brochure Ecole James Kou

Brochure 2017-2018

Témoignages

MON TÉMOIGNAGE


Note : Cette plateforme est la vôtre mais elle est encadrée. Votre anonymat est protégé. Vos témoignages seront relus avant une éventuelle publication.

Que vous soyez débutant ou expérimenté, quels que soient votre âge, votre culture, votre origine, vous êtes tous les bienvenus pour nous apporter vos témoignages et partager vos émotions sur le Taiji Quan, le Qi Gong et tous les autres arts internes chinois. Notre nouvelle plateforme de témoignages est ouverte à tous ceux qui souhaitent prendre la parole.



Soumettre un témoignage

 

Olivier A. (3ème année de Taiji Quan)

Le Taï Chi Chuan est une discipline qui demande de la patience, de la persévérance et une pratique régulière. Après la 3ème année, nous avons vu tous les mouvements.

Je continue en 4ème Année, pour acquérir de la fluidité dans les mouvements et les enchainements et pour me concentrer sur la respiration. Mon but (si j’y arrive) est d’enchainer les mouvements « sans y penser » et me concentrer sur la respiration, le souffle.

Merci à toute l’équipe sympathique et bienveillante de l’Ecole James Kou.

2017
Marie The (4ème année de Taiji Quan, 1ère année de Qi Gong)

Une bonne équipe !

Cela m’apporte beaucoup de bienfaits :

- équilibre

- souplesse

- sommeil

2017
Jean-François (6 ans Taiji Quan, 3 ans de Qi Gong)

Aborder le Qi Gong de la Grande Oie Sauvage, pour la première fois n’est pas chose évidente. Habitué au rythme lent, quasi hypnotique du Tai Chi Chuan, j’étais un peu perdu au départ en découvrant une succession soutenue et dynamique de mouvements qui me parurent parfois étranges et parfois franchement contraignants, censés accompagner la journée du grand oiseau depuis l’éveil matinal jusqu’au repos nocturne. Je peinais à comprendre les manipulations du Qi, l’énergie vitale, que l’on ramasse, que l’on ramène vers soi, que l’on porte, que l’on presse, que l’on pousse, que l’on distribue… De même, les mouvements de mains destinés à faire tourner un ballon imaginaire me semble puéril.

Et puis peu à peu, au fil des séances, j’ai commencé à réaliser que mes mouvements se faisaient plus fluides, que les terroirs s’évaporaient, que les muscles retrouvaient une élasticité, oublié, que les articulations jouaient plus librement… Bref, je découvrais progressivement les bienfaits de cette pratique séculaire.

Je tiens ici à exprimer ma reconnaissance à notre enseignante qui, au cours des leçons, a su, avec patience et professionnalisme, nous faire bénéficier progressivement de la thérapie salutaire, que révèle cette journée passée dans l’intimité de la ‘Grande Oie Sauvage’.

2017
Marie José (10 ans de Taiji Quan)

Même si je n’arrive toujours pas, après tant d’année, à faire l’enchainement total toute seule, le  Tai Chi est devenu pour moi un indispensable complément de vie.  Cette pratique me donne un centrage du corps et un encrage au sol que je n’avais pas avant dans la vie courante et dans mes autres pratiques sportives.

C’est également un exercice essentiel de concentration.

Impossible de m’en passer !

2017
Hervé (3 ans de Taiji Quan, 1 an de Qi Gong)

Pour moi, 83 ans, il s’agit vraiment de la gymnastique pour le corps et l’esprit, d’où l’importance du sens et de l’objet de chaque mouvement très bien expliqués par notre professeur.

Quoiqu’on en pense, bien plus physique qu’il me semble et indispensable à mon âge, ne pratiquant plus de sport…

Egalement important, l’exercice de mémoire pour enregistrer le déroulement de 85 séquences du Taiji Quan. 

2017
Rodolphe (24 ans, 8 ans de Taiji Quan)

Le taï-chi m'a remis dans le droit chemin. Je l'ai découvert en centre de détention pour mineurs. L'introspection dans les mouvements m'a permis de rester centré malgré la violence quotidienne. La pratique m'a parfois permis de défaire certaines agressions, même si ce n'était pas le but recherché : attention aux applications martiales dont la finalité est parfois disproportionnée. Je recommande l'ouvrage de James Kou.

2015
Danielle (75 ans, 8 ans de Taiji Quan)

Le TaiChi enseigné à l'école fondée par James KOU m'a apporté beaucoup au plan physique: récupération de l'équilibre perdu depuis longtemps suite à une affection de l'oreille interne, assouplissement, atténuation de certaines douleurs. Mais aussi sur le plan psychique: calme, sérénité, réflexion. Et sur le plan social: grâce à la bienveillante compétence des enseignantes de cette Ecole, l'atmosphère des cours est joyeuse et amicale et nous travaillons et progressons en riant.

En bref, le seul inconvénient pourrait être l'addiction à mon cours hebdomadaire et regretter les vacances!

2014
Françoise (57 ans, au moins 4 ans de pratique de Taiji Quan)

Grand plaisir à faire du Tai Chi qui me permet de mieux positionner le corps dans les actes simples de la vie quotidienne (passer l’aspirateur, attendre le métro !), qui redonne du tonus et relaxe en même temps, y compris les genoux.

Libération de l’esprit. Merci pour tous vous précieux conseils.

2014
Laurence (55 ans, 12 ans de Taiji Quan)

Je pratique le Taiji Quan depuis de nombreuses années et je ne saurais m’en passer. Même en ne pratiquant qu’une heure par semaine les bénéfices sont notables ; je sors du cours parfaitement détendue et calme prête à reprendre le cours parfois tumultueux de mes activités quotidiennes.

Les cours ont lieu en petits groupes (pas plus de 12 personnes) propices à la concentration ; l’ambiance est détendue et néanmoins joyeuse. Les professeurs sont sympathiques, patients et à l’écoute des élèves, répétant de fois que nécessaire les différents gestes et corrigeant les postures des élèves le cas échéant.

La salle de cours est claire, très facile d’accès dans le 7e arrondissement, tout près de plusieurs stations de métro et de bus.

2014
Pascal (59 ans, 3 ans de Taiji Quan)

J’ai 59 ans. En Septembre 2011, il y a 3 ans, je débutais à l’école James Kou.

C’est dans un roman de M.Suter « L’ami parfait » que j’ai découvert cette activité : un homme pratiquait le Tai Ji dans un cadre thérapeutique pour aider à résoudre sa perte de mémoire. Par hasard, dans le roman lu ensuite « La montagne de minuit » de JM Blas de Robles, un homme pratiquait aussi le Tai Ji comme exercice quotidien. Après ces deux livres ou le signe du Ying et du Yang sont restés présents à mon esprit, j’assistais à une démonstration de Tai Ji aux portes ouvertes de la réputé école James Kou.

Convaincu par la beauté des mouvements, j’entamais l’apprentissage. Dès le début cela m’est apparu très riche d’enseignement sur la difficulté à coordonner des gestes simples dans une rythmique lente et naturelle. Les premiers progrès « rapidement » acquis et la curiosité, m’ont amenés naturellement à une deuxième année d’enseignement avec à nouveau Maria, Maitre bienveillante, précise et incitative à la recherche du style Yang dans un groupe de Dames et de Messieurs aussi discrets que sympathiques.

Après 3 années de pratique et mon intégration dans un nouveau groupe au cours d’Hélène, très pédagogue et technique pour le développement des sens, facilitant le regard, la concentration, la respiration et la posture, j’étais conquis.

A raison d’une heure par semaine, faible contrainte dans mon emploi du temps chargé mais conscient que l’assiduité restait la valeur indispensable pour cette pratique je commençais avec bonheur à récolter les bénéfices.

Physiquement pour le contrôle et l’entretien hebdomadaire des articulations, la gestion de la respiration, la cohérence des mouvements dans l’espace puis professionnellement en appliquant ce que j’appellerais « l’esprit Tai Ji » à mon métier manuel , j’ai découvert une autre façon de pratiquer en intégrant à la coordination des gestes, la mesure utile et l’élégance.

2014
Grigoré (77 ans, 20 ans de pratique de Taiji Quan)

Depuis les premières années de pratique, sous la direction de Maître Kou, j’ai compris combien le Tai Ji Quan peut être nécessaire et même indispensable pour la santé physique et spirituelle de l’être humain.

L’accueil si attentif de l’équipe pédagogique, atmosphère de totale confiance, l’évidence de la nécessité du travail régulier, patient et « infini », sans découragement, voici quelques éléments du vif intérêt suscité par l’enseignement de cette école.

Personnellement, en tant que musicien, je dois remarquer combien de travail exigé pour apprendre et perfectionner. Le Taiji ressemble au travail d’un instrumentiste. Les mouvements « circulaires, continus, lents et extrêmement précis » (Définition de J. KOU) sont essentiels pour les instrumentistes et les chefs de chœur ou d’orchestre. Les trois parties du Tai Ji Quan sont comme les mouvements d’une grande sonate ou symphonie qu’on doit améliorer à chaque séance, en détail, et réaliser aussi un enchaînement équilibré qui, au-delà de la technique va vers une perfection idéale spirituelle. Et si on n’arrive pas vraiment à cette perfection, on peut se rendre compte que c’est l’effort et le chemin parcouru qui font l’essence du notre existence.

2014
Sylvie (au moins 4 ans de Taiji Quan et Qi Gong)

Dans cette école, j'ai trouvé la rigueur que requiert l'apprentissage des disciplines enseignées. Rigueur, mais aussi souplesse de l'enseignement, écoute et une grande disponibilité de la part des professeurs. Une pédagogie sans faille qui s'adapte à chacun. Il règne un respect et une grande bienveillance dans les différents cours. Dans le renouvellement des activités proposées et la recherche d'une pédagogie "au plus juste", l'école James Kou offre un temps pour soi, dont je repars recentrée, détendue pleine d'énergie. VENEZ !

Vous pourrez ajouter concernant les différentes disciplines : Pour moi, le Tai Chi est un art interne qui pourrait s'apparenter à une méditation en mouvement, qui me permet de travailler sur ma concentration, le lâcher prise et la détente. C'est probablement l'activité qui demande le plus de temps d'apprentissage pour bien l'intégrer et pouvoir profiter de tous ses bienfaits. Le Qi Qong de la grande oie sauvage offre la possibilité de travailler sur l'énergie tout en restant dans un climat doux et encore assez méditatif. C'est une entrée dans le travail sur les énergies.

Jing Luo Shi Ba Shi est un Qi Qong résolument plus actif, un art externe dont je ressors revigorée, je sens que les étirements sont actifs tant sur le plan musculaire que sur le plan des énergies : un vrai travail de renforcement musculaire.

Mulan Quan : coordination, souplesse sur une musique qui accompagne et soutient l'enchaînement, là aussi je me sens plus tournée vers l'externe, le corps plus ouvert.

J'espère que ces commentaires pourront vous aider dans la présentation de vos différentes activités.

2014
Alexandra (40 ans, 8 ans de Taiji Quan et 2 ans de Qi Gong)

 J’ai découvert le Tai Chi Chuan grâce à une journée porte ouverte en 2001. C’est une discipline qui m’a tout de suite plu et qui est accessible à tous.

Après plusieurs années pour assimiler les enchaînements, je continue aujourd’hui à pratiquer et à apprendre. On continue à chaque fois à améliorer ses mouvements et sa fluidité.

Grâce au Tai Chi Chuan, j’ai gagné en souplesse et en précision. Cela aide pour la posture, la concentration et l’apaisement.

Je me sens plus relaxée et j’ai un réel plaisir à pouvoir le pratiquer en salle comme à l’extérieur.

J’apprécie la qualité d’accueil et la … pédagogie des professeurs qui sont … avancer à votre rythme.

Le Tai Chi Chuan et le Qi Gong sont très complémentaires. Le tai chi chuan est plus physique et permet de pratiquer une belle chorégraphie au rythme d’un art martial interne. Tandis que le Qi Gong est davantage médicinal m’apportant une réelle légèreté et un mieux-être après.

2014
Anne-Marie (5 ans de pratique de Taiji Quan)

Le Taiji Quan est une discipline exigeante et rigoureuse, qui demande engagement personnel et persévérance.

J’ai été guidée au fil des années d’enseignement et de pratique à l’Ecole James Kou par la grande compétence et la bienveillance de notre professeur, qui sait nous apprendre à découvrir, grâce au mouvement accompagné par la respiration, une belle harmonie corporelle.

Merci Marie-Elisabeth, pour la précision de notre enseignement et pour votre patience ! J’ai encore beaucoup à apprendre, je reviens l’année prochaine.

2014
Marie (1 an de pratique de Taiji Quan)

Ce fut une formidable et très subtile 1ère année d’approche au Taï Chi Chuan de l’Ecole James Kou. L’exigence bienveillante du Maître Marie-Elisabeth porta le groupe nouvellement formé de cette 1ère année au-delà de ce que pouvait espérer ma totale méconnaissance du Taï Chi Chuan en même temps développer le désir d’aller plus loin. Avec impatience et mes remerciements, j’attends la rentrée prochaine.

2014
Marie-Françoise (15 ans de pratique de Taiji Quan)

A l’école James Kou, j’apprécie l’attention que les professeurs portent à leurs élèves. Ils savent donner des explications précises qui permettent à chacun de progresser dans la maîtrise de cet enchainement de gestes qui demandent précision et concentration. Peu à peu, on saisit mieux le sens profond de cet « art » qui allie travail du corps et de l’esprit.

Elève de Marie-Elisabeth depuis de nombreuses années, j’ai toujours autant de plaisir à suivre son enseignement.

2014
Michèle (73 ans, 1 an de pratique de Taiji Quan)

Je suis très contente des cours, excellente pédagogie et beaucoup de patience de la part de la professeure. Merci.

2014
Florence (1 an de Taiji Quan)

Merveilleux ! Et merci à Hélène pour sa bonne humeur et sa patience et son envie de partager.

2014
Joël (57 ans, 1 an de Taiji Quan)

A la fin de cette première année, que de bien faits apportés par le Tai Chi Chuan ! : un surcroit de douceur, un pas vers une harmonie corps/esprit. Il faut s’entrainer bien sûr entre les séances, mais quel plaisir quand on commence à ressentir le mouvement.

Le Tai Chi Chuan nécessite d’être à l’écoute de son maître, d’être attentif à son corps. Et puis, sans effort, la mobilisation des muscles, muscle.

Je suis enchanté par cette pratique.

2014
Marie (1 an de Taiji Quan)

Je termine ma première année, très satisfaite de la qualité des cours. Ce qui m’a permis de progresser, c’est de refaire chaque matin la totalité des mouvements appris. Merci à Marie-Elisabeth pour sa patience et la minutie avec laquelle elle nous enseigne chaque détail des positions. J’ai l’intention de poursuivre ma seconde année en septembre prochain.

2014
Marie-Odile (4 ans de Taiji Quan)

Je pratique le Taiji depuis 4 ans à l’école James Kou dans une ambiance conviviale et sympathique et suis ravie des cours dispensés par notre professeur qui fait preuve d’un grand professionnalisme et également de patience, de psychologie et de gentillesse à l’égard de ses élèves.

Par ailleurs, cette discipline me convient parfaitement car elle m’aide non seulement à assouplir mes articulations mais à améliorer mon équilibre et ma mémoire.

2014
Françoise (86 ans, au moins sept ans de Taiji Quan)

Agée maintenant de 86 ans, le Taiji Quan m’oblige à un effort de concentration mentale, de souplesse et coordination physiques.

De plus le caractère tonique et bienveillant de notre professeur et des groupes avec lesquels je travaille me font beaucoup de bien ….

Merci !

2014
Malaysone (64 ans, 2 ans de pratique de Taiji Quan)

Cours très appréciés des élèves. Bonne pédagogie, explication claires et instructives. Après une séance de Taiji on se sent bien. C’est une pratique que demande de la concentration, de la patience.

C'’est une étude sur soi-même, sur la mémoire. On apprend aussi à être souple et à faire travailler ses articulations.

2014
Odile (5 ans de pratique de Taiji Quan)

Merci à Marie-Elisabeth pour sa grande patience, sa gentillesse et ses qualités de pédagogue… jamais une critique blessante, toujours un encouragement valorisant. Dans ces conditions, je suis prête à « redoubler » encore de longues années!

2014
Hélène (56 ans, 4 ans de Taiji Quan)

C’est un plaisir de suivre ce cours : complet, très relaxant et en même temps concentrant son énergie sur une activité physique complète : apprendre à ne pas trop se concentrer / ni déconcentrer, appréhender la philosophie du Yin et Yang, qui pour nous européens, n’est pas si simple.

Très bon esprit dans le groupe, on progresse « ensemble » !

2014
Ana (62 ans, 2 ans de Taiji Quan)

Le tai chi m’a aidé à retrouver mon équilibre physique, à me concentrer et à assouplis mes articulations.

2014
Christine (60 ans, 5 ans de pratique de Taiji Quan)

Une séance de taiji après le travail vous ramène au calme et l’esprit se détend. D’ailleurs, je dors très bien la nuit suivante. J’ai aussi fait des progrès d’équilibre sur 1 jambe …. En bref, ce n’est que du bonheur.

2014