TÉMOIGNAGES

 

Brochure Ecole James Kou

Brochure 2017-2018

Qi Gong

Le Qi Gong est une méthode traditionnelle chinoise d’entretien et d’amélioration de la santé. Il s’agit d’une appellation récente qui remonte aux années 1950. Elle est composée de deux idéogrammes chinois : Qi (气) et Gong (功) associant deux notions chinoises :

Ainsi, le Qi Gong désigne l’ensemble des exercices fondés sur la connaissance et la maîtrise de cette énergie vitale. Selon la médecine traditionnelle chinoise (MTC), le Qi désigne la vigueur de l’organisme humain, une force permettant aux humains de résister aux maladies et de les surmonter, et de s’adapter au milieu où ils vivent. Le Qi Gong est un moyen efficace de développer et rétablir cette force vitale. 

Bien que le terme Qi Gong soit assez récent, ses principes énergétiques sont décrits en Chine depuis plus de 3000 ans. La notion de Yin/Yang1 déjà évoquée dans le « Yi Jing », le plus ancien texte chinois datant du premier millénaire avant l'ère chrétienne, constitue le fondement du Qi Gong. Cette notion fut reprise et développée plus tard par Lao Zi (vers 600 av. J-C), sage-fondateur du tao2 (voie, chemin), dans son chef d'œuvre « Dao De Jing ». D'après la tradition taoïste, chez l'Homme, il y a trois trésors : le Jing, le Qi et le Shen qui représentent respectivement la capacité physique, énergétique et spirituelle d’un être humain. Les techniques du Qi Gong étaient considérées comme partie intégrante de l’alchimie interne taoïste visant à renforcer les trois trésors, et les maintenir en harmonie, en vue de l’immortalité. Ainsi, le Qi Gong est indissociable de la philosophie chinoise taoïste.

Les pratiques thérapeutiques de Qi Gong font référence à une méthode antique appelée « Dao Yin », traduite littéralement par "conduire et attirer". Elle est exposée dans le « Huang Di Nei Jing », le plus ancien ouvrage de la MTC, en tant que technique de guérison. Une découverte archéologique très importante a été effectuée en 1973 dans la tombe N°3 de Ma Wang Dui datant des Han Occidentaux (206 av. J-C - 9 ap. J-C), près de la ville de Changsha, dans la province du Hunan. Il s'agit précisément d'une bannière de soie (Dao Yin Tu) mesurant un mètre de long sur cinquante centimètres de large représentant 44 personnages, hommes et femmes, en train d'exécuter des exercices de Qi Gong (Dao Yin).  

Le Qi Gong est le fruit d'une tradition ininterrompue en Chine. Au fil des siècles, il s’est enrichi de l’étude des différents maitres pour aboutir aux formes actuelles. L'essentiel en a été conservé. Aujourd'hui, il existe une grande diversité de pratiques sous la dénomination "Qi Gong".  On en retrouve essentiellement dans les trois domaines suivants : 

Les différentes formes de Qi Gong s'appuient toujours sur les mêmes bases : des mouvements, des postures corporelles, des exercices de respiration, ainsi que la concentration. 

Le but général est de faire circuler le sang et l'énergie (Qi) dans le corps et dans les méridiens3, en s'inspirant des techniques de l’harmonisation des trois trésors (Jing-Qi-Shen). Ceci permet de renforcer le corps, de le rendre plus souple et d'optimiser toutes les fonctions de l'organisme. Sur le plan émotionnel et psychique, le Qi Gong apporte la sérénité, le calme et la détente, aide chacun à retrouver un meilleur équilibre entre le corps et l’esprit. 

En Chine, le Qi Gong est souvent utilisé dans les hôpitaux en complément des soins conventionnels dans le traitement de plusieurs affections. Il aide aussi à réduire les effets secondaires des traitements médicaux lourds comme la chimiothérapie. 

De nombreuses recherches cliniques ont démontré l’efficacité du Qi Gong dans différents états pathologiques comme l’anxiété, les maladies psychosomatiques, l’hypertension, les maladies cardio-vasculaires, les rhumatismes, etc.  

En Occident, le Qi Gong se présente comme une gymnastique de santé et de bien-être. Il peut apporter une solution à nombre de désordres de la vie quotidienne comme l'insomnie, les maux de tête, les douleurs chroniques, sans avoir recours à des médicaments. La pratique régulière des exercices de Qi Gong permet prévenir l'apparition de maladies, éventuellement de les soigner, et de prolonger la vie en améliorant sa qualité.

Actuellement, deux formes de Qi Gong sont proposées avec soin par notre école. Ce sont respectivement le Da Yan Qi Gong et le Jing Luo Shi Ba Shi.

La pratique du Qi Gong permet à la fois de maintenir une bonne santé et de se réjouir des découvertes du patrimoine culturel chinois vieux de plusieurs milliers d’années.  


1. Dans la philosophie chinoise, le yin (traditionnel : 陰, simplifié : 阴 ; pinyin : yīn) et le yang (traditionnel : 陽, simplifié : 阳 ; pinyin : yáng) sont deux catégories complémentaires, que l'on peut retrouver dans tous les aspects de la vie et de l'univers. Cette notion de complémentarité est propre à la pensée orientale qui pense plus volontiers la dualité sous forme de complémentarité. Yin et Yang sont deux entités qui suivent le souffle originel qi à l'œuvre dans toutes choses. (Wikipédia)
- Le Yin représente la part féminine de la nature, comme la nuit, le froid, le noir etc…
- Le Yang représente la part masculine de la nature, comme le jour, la chaleur, le blanc etc…

2. Le tao (en caractère chinois : 道 ; pinyin : dào) est la notion maîtresse à l'œuvre dans le taoïsme, philosophie et voie spirituelle chinoises, le confucianisme y fait référence aussi. Le tao est la force fondamentale qui coule en toutes choses dans l’univers, vivantes ou inertes. C'est l’essence même de la réalité et par nature ineffable et indescriptible. Il est représenté par le taiji tu, symbole représentant l’unité au-delà du dualisme yin-yang soit respectivement l'entropie négative et positive. Le tao a été édifié ou systématisé dans le texte Dao De Jing attribué à Lao Zi. (Wikipédia)

3. La médecine traditionnelle chinoise appelle « Méridiens » les canaux spécifiques qu’emprunte l’énergie vitale (Qi). Ce sont eux qui permettent à l’énergie de circuler dans l’organisme et faire ainsi fonctionner le corps tout entier.